CHOPIN 2010
  • LES CÉLÉBRATIONS DE L’ANNÉE CHOPIN

    Agenda : une source de connaissances sur quoi, où et quand pendant l’Année Chopin :
    •    évènements : concerts, expositions, spectacles, autres
    •    reportages
    •    interviews
    •    Kordegarda Chopin 2010

    plus >
     
  • BASE DE CONNAISSANCES

    Un véritable trésor de connaissances sur la vie et l’œuvre de Fréderic Chopin :
    •    quiz, curiosités
    •    discographie et publications recommandées
    •    supports éducatifs
    •    iconographie
    •    présentation des lieux Chopin
    •    pour en savoir plus

    plus >
     
  • CHOPIN POUR LES ENFANTS

    Un site destiné à aider les enfants à entrer dans le monde de la musique de Chopin :
    •    jeux interactifs, activités ludiques pour les plus jeunes
    •    guide parental

    plus >
     
  • INTER:ACTIONS

    Actions communautaires associées aux célébrations de l’Année Chopin.

    plus >
     
  • Programme TV

    Archives des épisodes de l’émission télévisée Chopin2010.pl diffusée par la chaîne polonaise TVP1.

    plus >
     
  • LE BUREAU DES CÉLÉBRATIONS CHOPIN2010

    Plateforme de communication entre les institutions, les journalistes et les organisateurs des évènements des célébrations. Informations officielles :
    •    activités passées, actuelles et programmées du Bureau
    •    artOffres : projets artistiques mobiles
    •    offres touristiques sur le thème Chopin

    plus >
     
  • VOTRE COMPTE SUR CHOPIN2010.PL

    Chargement en cours

    ###LABEL_LOGIN_FAILED###

    Réessayez

    Enregistrez-vous sur CHOPIN2010.PL pour:
    •    ouvrir une session simultanée sur tous les sites Chopin
    •    ajouter, mettre à jour des évènements dans le cadre de l’Année Chopin
    •    créer votre propre liste d’évènements, et l’imprimer sous un format pratique
    •    recevoir une lettre d’information, participer à des concours et gagner des prix attrayants

    ...
    plus >
     

Recherche

Mécènes

plus >
 

Partenaires

plus >
 
26.02.2010
Catégorie: Płyty CD

Andrzej Jagodziński Trio Sonate en si bémol mineur

Version jazz de la Sonate en si bémol mineur op. 35 de Frédéric Chopin sur l’album du trio d’Andrzej Jagodziński.

Paru fin 2008, l’album Sonate en si bémol mineur, du trio d’Andrzej Jagodziński est une version jazz de la Sonate éponyme de Frédéric Chopin.

„La Sonate est une oeuvre extraordinaire qui fait que je l’associe à Chopin d’une manière très particulière. L’impact dramatique de la matière sonore et de la façon de structurer la forme ne correspond à rien de comparable dans ses autres oeuvres (...) » – dit Andrzej Jagodziński dans l’interview qui accompagne le disque. 

Trio: Andrzej Jagodziński – piano, Adam Cegielski – contrebasse, Czesław "Mały" Bartkowski – batterie.

 

www.bluenote.waw.pl

ANDRZEJ JAGODZIŃSKI EVOQUE LE JAZZ ET LA MUSIQUE DE FREDERIC CHOPIN

(fragments de l’interview accordée à Tomasz Szachowski des Editions AGORA)

(…)

En 1993, vous avez enregistré votre premier disque avec adaptation au jazz des oeuvres de Chopin. Quels problèmes se sont-ils posés alors?

La question était de savoir sur quelle base improviser. A mon avis, il faut plutôt jouer en restant conforme à la nature du thème, en accord avec l’harmonie, la mélodie, le rythme. Mais je sais qu’il y a des approches différentes. Si l’on improvise sur un thème de Chopin, il faut garder le style du thème, sa poétique. Je fais des expériences très variées, parfois je vais même très loin, presque en opposition par rapport au point de départ. L’original et l’improvisation doivent créer un espace cohérent. Donc, si j’improvise, si je suis la mélodie, je dois le faire de façon rester proche du langage du compositeur.

(…)

Oui, mais nous parlons de jazz, il est tellement éloigné du Romantisme européen! Le swing, le timing du jazz sont issus d’une autre culture. Peut-on arriver à relier ces deux espaces musicaux?

Mais bien sûr! L’écart n’est pas aussi important qu’il ne semble! Je pense que si l’on jouait les petites notes de Chopin, c’est à dire les ornements détaillés écrits en toutes notes basés sur les points d’orgue, avec un autre fond harmonique, ce serait cohérent! Prenons encore des jazzmen, comme Bill Evans ou encore Keith Jarrett – leur manière d’harmoniser ou de phraser les ballades rappelle beaucoup Chopin, compte tenu des différences, bien entendu.

(…)

Depuis très longtemps, vous jouez en trio avec Adam Cegielski et Czesław Bartkowski, vous vous entendez bien et les oeuvres de Chopin ont une place importante dans votre répertoire. Comment séparez-vous les parties arrangées des parties improvisées?

C’est selon, en fait c’est différent pour chaque morceau. Le prétexte peut être donné par le thème. Je reprends l’exemple du Prélude en fa mineur où le thème apparaît avec la contrebasse et le reste n’est plus que du jazz. Dans ce cas, le Prélude n’est qu’un prétexte. Mais sur le disque, nous avons aussi la Valse en Ré bémol majeur et son arrangement est écrit de bout en bout! Il y a donc beaucoup de solutions différentes. Je puise dans la tradition, l’acquis et l’expérience de grands arrangeurs de jazz qui traitent de différentes manières le rapport entre les compositions écrites avec rigueur et l’improvisation. Cette diversité est une valeur en soi dans la recomposition.

  Vous restez fidèle à la tonalité originale de Chopin?

Oui, absolument! Je pense qu’il ne faut rien y changer, car la tonalité chez Chopin est le support de l’expression, de l’énergie et de la beauté.

On trouve ici des tonalités rarement ou pas du tout employées dans le jazz, en dièse ou en bémol mineur, comme c’est le cas de la Sonate. Cela doit poser un problème à la contrebasse qui doit jouer dans des positions inhabituelles pour le jazz.

Hé oui! Nous jouons entre autres deux morceaux en Si majeur et cette tonalité n’existe pas du tout dans le jazz, et il n’est pas facile d’improviser là-dessus, surtout pour la contrebasse. Il serait certainement plus facile de transposer certains morceaux dans des tonalités plus « jazz », en Fa majeur, en fa mineur, en Si bémol majeur, mais ça, c’est interdit. La tonalité chez Chopin, pour moi, c’est sacro-saint.

(…) Comment Chopin est-il perçu au travers de vos adaptations?

En général avec une grande attention, compréhension, souvent avec enthousiasme. Depuis toutes ces années où nous jouons Chopin, nous n’avons jamais rencontré d’opinion négative. Bien sûr ce que nous faisons suscite parfois des discussions, même vives, et ça se comprend.

Pouvez-vous rappeler où ce répertoire a été présenté?

En Argentine, au Mexique, Etats Unis, Canada, pratiquement dans toute l’Europe, au Japon, en Israël, au Liban, en Russie, en Ukraine – presque partout dans le monde!

Pratiquement donc tous les endroits où les gens s’y connaissent en musique comme la Russie, Israël, l’Argentine...

C’est intéressant de voir que la sensibilité musicale du public des trois pays que tu viens de citer, ressemble à la nôtre. Ils réagissent très spontanément, très chaleureusement même. Mais le public le plus intéressant se trouve dans l’extrême est de la Russie, en Sibérie, au-delà de l’Oural, où parfois les gens ont l’air de te dire : « eh bien, frère, qu’est-ce que tu vas me montrer maintenant ? ». Là-bas, les gens viennent au concert car ils s’attendent à vivre quelque chose d’extraordinaire. C’est pareil en Amérique du Sud. Et les salles de concert… je me souviens de la Grande Salle du Conservatoire de Moscou, où l’on joue uniquement en acoustique sans aucun ampli, c’était d’ailleurs pareil au Mexique dans une salle pour plusieurs milliers de personnes, on avait joué acoustique!